Les livreurs de repas gonflent les créations d’entreprises, selon une étude Par Reuters

© Reuters. FRANCE: LES LIVREURS DE REPAS GONFLENT LES CRÉATIONS D’ENTREPRISES, SELON UNE ÉTUDE

PARIS (Reuters) – Les livreurs de repas à vélo ont été à l’origine d’un bond inattendu des créations d’entreprises en juin et juillet en France, alors que quasiment tous les autres secteurs ont continué de souffrir de la crise provoquée par le nouveau coronavirus, montre une étude publiée mardi par le Conseil national des greffiers des tribunaux de commerce (CNGTC).

Omniprésents dans les grandes villes, les livreurs qui apportent les repas commandés sur les plateformes comme Uber (NYSE:) Eats, Deliveroo et Just Eat (LON:) se sont multipliés pendant les près de deux mois de confinement de mars à mai.

Une fois les restrictions levées, beaucoup d’entre eux sont allés s’enregistrer en tant qu’entrepreneurs au point que le nombre de nouvelles entreprises dans le secteur du transport et de l’entreposage, auquel ils appartiennent, a bondi de 29% en juin-juillet par rapport à la même période de 2019, selon cette étude réalisée par l’institut Xerfi I+C.

Ce dynamisme a contribué à ce que le nombre de créations d’entreprises grimpe de plus de 10% sur un an en juin-juillet, avec 82.887 immatriculations au registre du commerce.

En tenant compte de l’effondrement observé en mai, les créations d’entreprises ont en revanche baissé de 5,5% sur un an sur le trimestre mai-juillet.

Sur cette période, 10% des entreprises créées l’ont été dans les activités de livraison de repas, souligne l’étude.

En revanche, les difficultés se sont confirmées dans l’hébergement et la restauration, où le nombre d’immatriculations a baissé de 29%, mais aussi dans le commerce, la construction ou l’immobilier.

Cette évolution pourrait être vue comme un signe supplémentaire de l'”ubérisation” de l’économie dans laquelle se multiplient des prestataires indépendants, comme les livreurs de repas, ne bénéficiant pas des protections apportées aux salariés.

Parallèlement à la hausse des créations d’entreprises, les défaillances ont chuté de 42,5% sur le trimestre mai-juillet, avec 6.037 procédures ouvertes.

Pour expliquer cette contraction malgré la crise économique, le CNGTC insiste sur l’importance des divers dispositifs de soutien aux entreprises mis en place par l’Etat, comme les prêts garantis.

“C’est un peu paradoxal, on se disait que c’était un contexte favorable (…) à la défaillance. Mais les mesures mises en place ont évité une défaillance en masse”, a dit Sophie Jonval, présidente du CNGTC.

Les mois à venir pourraient toutefois être plus difficiles, pense le CNGTC.

(Sarah White, avec Leigh Thomas, version française Bertrand Boucey, édité par Blandine Hénault)

Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.


Source link

0 0 voter
Article Rating

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Reset Password

Avertissement sur les risques :

Le trading peut vous exposer à des risques de pertes supérieures aux dépôts et ne convient qu’à une clientèle avisée ayant les moyens financiers de supporter un tel risque. Ce site n’est en aucun cas une offre de conseil en investissement ni une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Trader le Forex et/ou les CFD’s implique un niveau de risque élevé, et peut ne pas être approprié car vous pouvez subir des pertes supérieures à votre dépôt. L’effet de levier peut être en votre défaveur.

Vous devez être conscient et avoir une compréhension complète de tous les risques associés au marché et au trading. Le site Union-trader.com peut être amené à produire des commentaires d’ordre général sur son site ce qui ne constitue pas des conseils en investissement et ne doit pas être interprété comme tel.

Veuillez recourir aux conseils d’un conseiller financier extérieur. Le site Union-trader.com décline toute responsabilité pour les erreurs, inexactitudes ou omissions et ne garantit pas l’exactitude ou le caractère complet des informations, textes, graphiques, liens ou autres éléments contenus dans cette documentation. Toute information et toute mise à disposition sur le site ont un caractère privé.