Top 5 des thèmes potentiellement influents sur les marchés pour la semaine du 14/09 Par Investing.com

© Reuters.

Par Noreen Burke 

Investing.com – La Réserve Fédérale se réunit mercredi pour la dernière fois avant l’élection présidentielle du 3 novembre et les investisseurs espèrent en savoir plus sur sa décision de tolérer une inflation plus élevée. Les marchés seront également attentifs aux données sur les ventes au détail américaines pour le mois d’août, publiées mercredi, et aux inscriptions hebdomadaires au chômage. La volatilité des actions de la semaine dernière pourrait se poursuivre avec un paquet d’aide fiscale très attendu aux USA, bloqué au Sénat et à l’approche des élections. Au Royaume-Uni, le gouvernement doit commencer à débattre de son projet de loi controversé sur les marchés intérieurs, qui pourrait faire échouer le traité de divorce avec l’UE. En attendant, la Banque d’Angleterre et la Banque du Japon tiendront toutes deux des réunions politiques jeudi. Voici ce que vous devez savoir pour commencer votre semaine.

Réunion de la Fed

La Fed, qui terminera sa réunion de deux jours mercredi, devrait apporter quelques ajustements mineurs à la formulation de sa déclaration de taux après avoir adopté une nouvelle approche le mois dernier pour atteindre son objectif d’inflation de 2 %. La décision de la Fed de tolérer des périodes d’inflation plus élevée signifie en fait que les taux d’intérêt resteront plus longtemps bas.

La Fed va également mettre à jour ses projections pour les perspectives économiques et de taux d’intérêt, connues sous le nom de “dot plot”, qui inclura pour la première fois des prévisions pour 2023.

“Je pense que les prévisions 2023 seront celles que tout le monde regardera”, a déclaré Jon Hill, un stratège des taux d’intérêt à BMO Capital Markets.

Le président de la Fed, Jerome Powell, a déclaré au début du mois que si la banque centrale gardera le pied sur le gaz de la politique monétaire, les législateurs doivent également aider à doper la reprise, ce qui rend l’absence d’un nouveau paquet de politique fiscale de plus en plus inquiétante pour certains investisseurs.

Ventes au détail et

Avant l’annonce de la Fed mercredi, les États-Unis doivent publier des données sur les pour le mois d’août. Le consensus prévoit une augmentation de 1 % d’un mois sur l’autre et les données donneront des indices importants pour savoir si l’expiration des allocations de chômage améliorées à la fin du mois de juillet a eu un impact sur les dépenses de consommation.

Les acteurs du marché surveilleront également les données de jeudi sur les demandes initiales de prestations de chômage. Le nombre de nouvelles demandes d’allocations chômage a atteint des niveaux élevés la semaine dernière, ce qui suggère que la reprise du marché du travail après la pandémie COVID-19 est au point mort, l’aide financière du gouvernement aux entreprises et aux chômeurs se tarissant.

La volatilité des marchés boursiers pourrait se poursuivre

Certains investisseurs craignent que la volatilité du marché boursier de la semaine dernière – qui a fait chuter le de 10 % par rapport à ses plus hauts et a ébranlé d’autres indices – ne soit le début d’une chute plus importante qui fera dérailler le marché après un rallye de six mois.

Mais d’autres investisseurs considèrent la récente chute comme une consolidation saine après une reprise étonnante de cinq mois du S&P 500, alimentée par un petit groupe de sociétés technologiques et des mesures de relance budgétaire et monétaire massives.

Les analystes de Bank of America (NYSE:) ont noté que septembre est généralement le mois le plus faible de l’année, les actions enregistrant des gains moins de la moitié du temps et le rendement moyen du S&P 500 étant de moins 1 %.

Les données de la banque montrent également que les marchés ont tendance à baisser dans les semaines qui précèdent une élection, puis à se redresser après.

Incertitude sur le Brexit

Le gouvernement britannique doit commencer à débattre du projet de loi sur le marché intérieur lundi et bien que le Premier ministre Boris Johnson dispose d’une majorité de 80 sièges, le mécontentement interne sur le projet de loi pourrait mettre à l’épreuve son leadership.

L’initiative de déposer un projet de loi qui violerait l’accord de retrait de l’UE existant, dont Londres admet ouvertement qu’il contreviendrait au droit international, pourrait réduire les chances d’un accord commercial post-Brexit et déclencher une action en justice de l’Union Européenne.

Les analystes de Morgan Stanley (NYSE:) ont augmenté leur évaluation de la probabilité que la Grande-Bretagne et l’Union Européenne se séparent sans accod de 25 % à 40 %.

“Les risques sont orientés vers un résultat plus difficile… faisant passer la probabilité de notre scénario négatif d’un résultat de type OMC à 40 %. Nous nous attendons toujours à un retard dans la mise en œuvre de l’accord”, ont déclaré les analystes de la banque dans une note.

La livre sterling a déjà perdu 4 % ce mois-ci et, à 1,28 $, le risque total n’est peut-être pas encore pris en compte.

Banques Centrales

La décision de la Fed de tolérer une inflation plus élevée, qui est en fait un engagement à maintenir une politique souple plus longtemps, met les autres banques centrales dans une situation difficile. À moins qu’elles ne suivent le mouvement, les effets de la faiblesse du dollar par rapport à leur monnaie pourraient menacer leur reprise économique et leurs perspectives d’inflation.

La semaine dernière, la Banque centrale européenne a déclaré que l’euro fort n’était pas encore une préoccupation. Mais, à l’instar de ses homologues du Royaume-Uni et du Japon, qui se réunissent cette semaine, la Banque centrale européenne pourrait être forcée de suivre la voie de la Fed, qui est plus lâche et plus longue.

Aucun changement de politique n’est attendu de la part de la Banque du Japon ou de la Banque d’Angleterre. Mais la BoE pourrait étendre ses achats d’obligations pour aider une économie frappée par les effets de la pandémie et de Brexit.

La BoJ doit en attendant faire face à l’arrivée d’un nouveau premier ministre, probablement Yoshihide Suga, qui a récemment demandé à la banque de travailler avec le gouvernement, en disant qu’il ne croit pas aux arguments qui disent que les taux négatifs pénalisent les bénéfices des banques.

–Reuters a contribué à ce rapport


Source link

0 0 voter
Article Rating

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Reset Password

Avertissement sur les risques :

Le trading peut vous exposer à des risques de pertes supérieures aux dépôts et ne convient qu’à une clientèle avisée ayant les moyens financiers de supporter un tel risque. Ce site n’est en aucun cas une offre de conseil en investissement ni une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Trader le Forex et/ou les CFD’s implique un niveau de risque élevé, et peut ne pas être approprié car vous pouvez subir des pertes supérieures à votre dépôt. L’effet de levier peut être en votre défaveur.

Vous devez être conscient et avoir une compréhension complète de tous les risques associés au marché et au trading. Le site Union-trader.com peut être amené à produire des commentaires d’ordre général sur son site ce qui ne constitue pas des conseils en investissement et ne doit pas être interprété comme tel.

Veuillez recourir aux conseils d’un conseiller financier extérieur. Le site Union-trader.com décline toute responsabilité pour les erreurs, inexactitudes ou omissions et ne garantit pas l’exactitude ou le caractère complet des informations, textes, graphiques, liens ou autres éléments contenus dans cette documentation. Toute information et toute mise à disposition sur le site ont un caractère privé.