image

Les régulateurs prennent en main le Boeing 737 MAX, la FAA s’efface Par Reuters

© Reuters.

par Jamie Freed et Allison Lampert

SYDNEY/MONTRÉAL (Reuters) – Les grands régulateurs mondiaux n’ont pas décidé de la reprise des vols du Boeing (NYSE:) 737 MAX, contrairement à l’autorité fédérale américaine de l’aviation (FAA) qui a mis fin à l’immobilisation de l’appareil ordonnée il y a 20 mois, ce qui marque un renversement de la hiérarchie réglementaire mondiale depuis les catastrophes aériennes d’octobre 2018 et mars 2019.

Signe de son influence croissante dans l’aérospatiale, la Chine avait rapidement ordonné aux compagnies aériennes du pays de suspendre leurs vols opérés en Boeing 737 MAX et déclenché une cascade d’interdictions dans le monde entier.

Si, dans le passé, les régulateurs ont promptement suivi les directives de la FAA, reconnue comme pionnière en matière de sécurité aérienne pendant des décennies, les crashs mortels consécutifs du Boeing 737 MAX ont questionné la crédibilité de l’instance de régulation américaine.

Le processus de remise en service de l’appareil vedette de l’avionneur américain Boeing devrait ainsi prendre du temps, les régulateurs étrangers souhaitant vérifier attentivement les nouvelles exigences de la FAA et imposer leurs propres conditions pour améliorer les procédures de sécurité.

Le soutien du Canada et du Brésil à la FAA est attendu d’ici quelques semaines, bien que les deux pays, gros producteurs d’aéronefs ne se soient pas encore dits prêts à se prononcer.

L’Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA), qui a été étroitement impliquée dans l’inspection des changements du Boeing 737 MAX et dont l’autorité a été renforcée par la crise, pourrait émettre son ordonnance de remise en service dès la semaine prochaine, ont rapporté des sources.

“Nous travaillons avec l’EASA sur la question depuis les premiers jours et leur position sera prise en compte”, a déclaré un porte-parole de l’autorité de la sécurité de l’aviation civile en Australie.

“BRAS-DESSUS, BRAS-DESSOUS”

La capacité des régulateurs mondiaux à coopérer est cruciale dans un secteur qui couvre plusieurs dizaines de juridictions.

Steve Dickson, administrateur de la FAA, a minimisé les différences d’opinion avec les autres instances de régulation, soulignant que l’autorité américaine avait travaillé “bras-dessus, bras-dessous” avec l’Europe, le Canada et le Brésil.

“Aussi douloureux et ardu que le processus ait été, il a vraiment renforcé la coopération entre ces régulateurs et je pense qu’il nous a placé dans une position beaucoup plus forte à l’échelle mondiale en matière de sécurité aérienne à l’avenir”, a-t-il commenté, ajoutant qu’il s’attendait à ce que d’autres agences approuvent le Boeing 737 MAX dans un “laps de temps relativement court”.

La décision des autorités chinoises sur l’éventuel redécollage de l’appareil reste pour l’heure sans réponse, mais elle aura un impact immédiat sur Boeing et pourrait entraver la remise en service de l’avion par d’autres compagnies asiatiques.

Selon des analystes, la Chine a des intérêts plus larges en tant que puissance aérospatiale montante, et certains d’entre eux n’excluent pas que Pékin utilise le Boeing 737 MAX comme monnaie d’échange politique.

“Nous craignons qu’il ne soit utilisé comme un outil dans l’escalade des tensions entre les gouvernements américain et chinois”, écrit Burkett Huey, analyste chez Morningstar.

“Cela dit, nous sommes encouragés par les changements à venir au sein du gouvernement américain et pensons que la nouvelle administration pourrait avoir une politique commerciale moins agressive, ce qui, à notre avis, augmente les chances de recertification chinoise”, a-t-il ajouté.

(Avec la contribution de Heekyong Yang, David Shepardson et Bernadette Christina Munthe ; version française Juliette Portala, édité par Jean-Michel Bélot)


Source link

0 0 voter
Article Rating

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Reset Password

Avertissement sur les risques :

Le trading peut vous exposer à des risques de pertes supérieures aux dépôts et ne convient qu’à une clientèle avisée ayant les moyens financiers de supporter un tel risque. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. Entre 74 et 89% des comptes de clients de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD. Vous devez vous assurer que vous comprenez comment les CFD fonctionnent et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Ce site n’est en aucun cas une offre de conseil en investissement ni une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Trader le Forex et/ou les CFD’s implique un niveau de risque élevé, et peut ne pas être approprié car vous pouvez subir des pertes supérieures à votre dépôt. L’effet de levier peut être en votre défaveur.

Vous devez être conscient et avoir une compréhension complète de tous les risques associés au marché et au trading. Le site Union-trader.com peut être amené à produire des commentaires d’ordre général, ce qui ne constitue pas des conseils en investissement et ne doit pas être interprété comme tel.

Veuillez recourir aux conseils d’un conseiller financier extérieur. Le site Union-trader.com décline toute responsabilité pour les erreurs, inexactitudes ou omissions et ne garantit pas l’exactitude ou le caractère complet des informations, textes, graphiques, liens ou autres éléments contenus dans cette documentation. Toute information et toute mise à disposition sur le site ont un caractère privé.