image

7 tendances clés à surveiller pour bien aborder les marchés en 2021 Par Investing.com

© Reuters.

Par Geoffrey Smith 

Investing.com — L’économie mondiale est censée rebondir fortement l’année prochaine après le choc économique le plus important de l’histoire moderne en 2020. La distribution de vaccins contre le Covid-19 devrait bannir la peur du coronavirus et permettre un retour aux modes de travail et de consommation d’avant la pandémie. Les banques centrales ont promis de maintenir fermement le cap sur les taux d’intérêt, tandis que les gouvernements s’apprêtent à maintenir des emprunts et des dépenses élevés afin de garantir que les secteurs viables de l’économie ne s’effondrent pas avant que la situation sanitaire ne revienne à la normale

Les marchés sont tournés vers l’avenir et le fait que les marchés boursiers aux États-Unis et dans une grande partie du reste du monde ont déjà atteint ou sont sur le point d’atteindre des sommets records suggère que ce brillant récit a déjà été largement pris en compte. Que se passera-t-il ensuite ? Voici un aperçu de certains événements et thèmes qui ont la capacité d’ébranler le consensus et de pousser les marchés vers l’année prochaine.

1. L’effet Biden

Tout le monde s’attend à ce que le nouveau président jette l’argent par les fenêtres pour relancer l’économie dès son investiture le 20 janvier. Cependant, sa capacité à le faire dépendra du résultat du second tour des élections pour les deux sièges du Sénat géorgien le 5 janvier.

A moins que le Parti démocrate ne remporte les deux sièges, le Sénat restera aux mains des Républicains pendant les deux prochaines années, ce qui mettra un frein aux ambitions de dépenses importantes des Démocrates qui ont la majorité à la Chambre des représentants (il suffit de voir comment le Sénat, sous la direction de la majorité du Parti démocrate, a réduit le plan initial de 2 500 milliards de dollars de Nancy Pelosi pour un plan de relance supplémentaire à moins de 900 milliards de dollars, finalement approuvé dimanche soir).

Selon toute probabilité, si les républicains gardent le contrôle du Sénat, une grande partie du programme attendu de Biden sera impossible à faire avancer, qu’il s’agisse de l’augmentation des dépenses d’infrastructure ou de la hausse des impôts sur les plus-values et les revenus. Un Sénat qui a fermé les yeux sur l’aggravation massive du déficit budgétaire sous le président Trump – avant même la catastrophe du coronavirus – pourrait soudainement redécouvrir ses penchants conservateurs sur le plan fiscal.

Toutefois, M. Biden aura de nombreuses occasions d’influencer le sentiment des marchés boursiers par le biais de la politique étrangère, où le Sénat a beaucoup moins de poids. Tout porte à croire qu’il tentera de rétablir les relations avec les alliés traditionnels des États-Unis – évitant ainsi le risque de guerre commerciale avec l’Europe, mais le véritable test sera ce que Biden fera avec les droits de douane sur les importations de produits chinois dont il héritera. Attendez-vous à une sorte de signal très tôt dans la présidence Biden.

2. Qu’en est-il du Covid ?

L’annonce d’une nouvelle souche de Covid-19 plus infectieuse – sinon plus dangereuse – que la version originale pourrait faire reculer les marchés d’ici à la nouvelle année, mais 2021 devrait commencer avec un scénario où la pandémie s’atténuera en raison de la distribution de vaccins et de l’arrivée du printemps, mais où les autorités continueront à injecter de l’argent dans l’économie pour éviter ce que les banquiers centraux appellent les “effets de cicatrisation”.

Moderna a rejoint Pfizer-BioNTech en recevant l’autorisation d’utilisation d’urgence de son médicament Covid-19 vendredi, et tous les vaccins candidats ultérieurs aideront les systèmes de santé nationaux à déployer plus rapidement la protection. L’idée est qu’une protection rapide des plus vulnérables donnera aux gouvernements une plus grande confiance pour garder le reste de l’économie plus ouvert, tout en s’appuyant sur un taux d’utilisation élevé au sein de la population.

Pourtant, plus de 20 % des Américains interrogés par le Pew Institute au début de ce mois ont déclaré qu’ils refuseraient probablement le vaccin, un chiffre qui pourrait augmenter considérablement si l’un ou l’ensemble des médicaments approuvés commençaient à présenter des effets secondaires négatifs et inattendus. De plus, il faut se rappeler que les mutations du virus – dont il y en aura probablement plusieurs – pourraient rendre plus difficile son élimination définitive – même s’il n’y a pas encore de signe que la nouvelle souche détectée par les scientifiques britanniques ce week-end sera résistante aux vaccins actuellement en cours de développement.

3. Le rebond des voyages, des loisirs, des restaurants

Mais supposons que le déploiement du vaccin se déroule comme prévu, quel genre de retour peut-on attendre l’année prochaine ? Tout le monde est d’accord pour un net rebond, mais l’industrie – peut-être avec l’espoir d’un nouveau soutien de la part des pouvoirs publics – est loin d’être optimiste. Des entreprises aussi diverses que Delta Air Lines, Booking.com et Hilton Hotels se sont toutes abstenues de donner des orientations dans leurs dernières mises à jour trimestrielles.

L’Association internationale du transport aérien prévoit que le secteur perdra 40 milliards de dollars supplémentaires l’année prochaine, en plus des 120 milliards de dollars de cette année, et ne s’attend à ce que le nombre de voyages aériens revienne aux niveaux de 2019 qu’en 2024. Tui, le plus grand voyagiste européen, affirme que 2021 sera une “année de transition”, le trafic ne retrouvant son niveau d’avant la pandémie qu’en 2022.

Les pouvoirs publics remueront sûrement ciel et terre pour que les événements phares comme les Jeux olympiques de Tokyo et les championnats d’Europe de football se déroulent comme prévu. Et les chiffres de Tui indiquent que la demande refoulée de vacances est immense. Le secteur des bars et des restaurants va certainement renaître partout où les propriétaires peuvent appliquer une bonne hygiène. Mais il est encore difficile de voir le cirque des foires commerciales, des conférences et autres événements de réseautage dont le but est de multiplier les contacts sociaux retourner à la normale avant 2022.

4. La peur de l’inflation

Attention à la grande peur de l’inflation au printemps. C’est à ce moment-là que les prix du et des biens et services discrétionnaires ont réellement chuté l’année dernière, ce qui signifie que les taux d’inflation, qui mesurent les prix par rapport à leur niveau de l’année précédente, vont fortement augmenter.

La Banque centrale européenne et d’autres institutions ont déjà indiqué qu’elles étaient à l’affût de ce qui ne devrait être qu’un spot, étant donné que la récession pandémique a laissé des écarts de production massifs dans les économies avancées, ce qui permettra de contenir la pression inflationniste réelle pendant un certain temps. Il n’en reste pas moins que certains des chiffres qui font la une risquent de suffire à affaiblir la conviction que les banques centrales peuvent mener une politique monétaire ultra-libre pour toujours. Il serait surprenant que les plus bellicistes des banquiers centraux s’empêchent de parler au moins d’un éventuel besoin de resserrer la politique dans le futur, surtout si les prix des matières premières industrielles comme le , le pétrole et le coton continuent de se redresser comme ils l’ont fait ces dernières semaines.

5. Guerre antitrust contre les grandes entreprises technologiques

2021 devrait être l’année où la guerre antitrust contre les grandes entreprises technologiques va prendre une ampleur considérable. Les régulateurs se sont rendus compte qu’une poignée de grandes entreprises – Alphabet (NASDAQ:), Amazon (NASDAQ:), Apple (NASDAQ:), Microsoft (NASDAQ:) et Facebook (NASDAQ:) – exercent un contrôle sur ce que les consommateurs lisent, regardent et achètent plus que ce qui est sain pour les individus et pour la société en général.

Leur utilisation des données pour influencer les choix des utilisateurs, leurs acquisitions et leurs politiques en matière de contenu sur leurs réseaux font l’objet d’une surveillance de plus en plus intense, comme en témoignent les nombreuses enquêtes et poursuites menées ces dernières semaines par la Commission fédérale du commerce, le ministère de la justice et plus de 40 procureurs généraux des États – sans parler de l’Union européenne.

On peut dire qu’aucune des actions récentes n’a l’air d’un coup de grâce. Les entreprises ont des contre-arguments évidents qui ont déjà résisté à l’examen. Et certaines de ces actions peuvent être minées par des soupçons de motifs partisans.

6. Brexit

Si l’année 2021 risque de connaître des débuts difficiles, c’est en partie à cause de la saga Brexit, qui doit finalement trouver une solution le 1er janvier, date à laquelle prend fin une période de transition de 11 mois qui a permis aux deux parties de prétendre que le Royaume-Uni n’avait pas réellement quitté le bloc.

Au moment de la rédaction du présent document, les deux parties ont conclu un accord minimal qui garantit qu’aucune des deux parties ne sera confrontée à des droits de douane et des quotas sur son commerce de marchandises, du moins pour commencer. Cela pourrait changer si la Grande-Bretagne utilise sa nouvelle souveraineté pour s’écarter des normes européennes en matière de produits et de travail. Les entreprises devront néanmoins fournir des documents concernant l’origine des envois transfrontaliers, un degré de bureaucratie et de coûts supplémentaires qui risque de freiner la croissance, du moins à court terme.

Cependant, l’accord est largement silencieux sur les services, laissant le secteur clé des services financiers britanniques en particulier à la merci de tout changement futur des attitudes européennes. L’accord a été adopté à la hâte par le Parlement britannique mercredi, mais il doit encore être examiné par les parlements européens.

7. Iran

Un domaine dans lequel le président élu Biden pourra laisser sa marque sans être gêné par le Sénat est celui des relations avec l’Iran. M. Biden a indiqué qu’il souhaitait revenir au plan d’action global conjoint (PAGC) approuvé par les Nations unies pour 2015, qui engageait l’Iran à réduire son enrichissement de combustible nucléaire, à éliminer ses stocks d’uranium moyennement enrichi et à réduire fortement sa capacité d’enrichissement.

Le retrait de Donald Trump de l’accord en 2018 faisait partie d’une politique de “pression maximale” qui a initialement paralysé les exportations de pétrole de l’Iran, mais il y a eu des signes cette année de son succès croissant à contourner les sanctions américaines.

Un retour à l’accord permettrait un assouplissement des sanctions et une augmentation beaucoup plus importante des exportations pétrolières iraniennes, qui restent bien en dessous de leurs niveaux historiques. Ceci à un moment où le marché mondial du pétrole n’a toujours pas réussi à compenser la forte augmentation des stocks ce printemps, alors que le pétrole ne pouvait parfois littéralement pas être donné.

Il pourrait être difficile d’absorber ce surplus. L’OPEP et ses alliés, la Russie en tête, détiennent toujours 6,5 millions de barils par jour de capacité de production hors ligne en janvier, et personne ne sera pressé de céder des parts de marché à l’Iran à un prix qui ne couvre pas la plupart des besoins de dépenses des membres de l’OPEP.


Source link

0 0 voter
Article Rating

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Reset Password

Avertissement sur les risques :

Le trading peut vous exposer à des risques de pertes supérieures aux dépôts et ne convient qu’à une clientèle avisée ayant les moyens financiers de supporter un tel risque. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. Entre 74 et 89% des comptes de clients de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD. Vous devez vous assurer que vous comprenez comment les CFD fonctionnent et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Ce site n’est en aucun cas une offre de conseil en investissement ni une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Trader le Forex et/ou les CFD’s implique un niveau de risque élevé, et peut ne pas être approprié car vous pouvez subir des pertes supérieures à votre dépôt. L’effet de levier peut être en votre défaveur.

Vous devez être conscient et avoir une compréhension complète de tous les risques associés au marché et au trading. Le site Union-trader.com peut être amené à produire des commentaires d’ordre général, ce qui ne constitue pas des conseils en investissement et ne doit pas être interprété comme tel.

Veuillez recourir aux conseils d’un conseiller financier extérieur. Le site Union-trader.com décline toute responsabilité pour les erreurs, inexactitudes ou omissions et ne garantit pas l’exactitude ou le caractère complet des informations, textes, graphiques, liens ou autres éléments contenus dans cette documentation. Toute information et toute mise à disposition sur le site ont un caractère privé.