image

Départ du DG après 15 ans à la tête du groupe Par Reuters

2/2
© Reuters. Carlos Brito mettra fin en juillet à 15 années passées à la tête du plus grand brasseur mondial Anheuser-Busch InBev et sera remplacé par Michel Doukeris, l’actuel patron de la branche Amérique du Nord. /Photo d’archives/REUTERS/François Lenoir

2/2

par Philip Blenkinsop

BRUXELLES (Reuters) – Carlos Brito mettra fin en juillet à 15 années passées à la tête du plus grand brasseur mondial Anheuser-Busch InBev et sera remplacé par Michel Doukeris, l’actuel patron de la branche Amérique du Nord.

Le conseil d’administration du groupe a élu à l’unanimité Michel Doukeris pour succéder à partir du 1er juillet à son compatriote brésilien Carlos Brito, l’architecte de l’expansion mondiale d’AB InBev, a annoncé jeudi le brasseur.

Le président du conseil d’administration Martin Barrington a estimé que Michel Doukeris, 48 ans, était le mieux placé pour piloter la prochaine phase de croissance d’AB Inbev grâce à son expertise en matière de marques, de consommateurs et d’innovation.

Cette phase pourrait être davantage axée sur le renforcement des ventes de plus de 500 marques que sur des acquisitions sur un marché de la brasserie déjà concentré.

“Cela ne devrait pas constituer un choc pour les investisseurs (…) Michel était clairement le candidat privilégié en interne”, a commenté Trevor Stirling, analyste chez Bernstein.

A la Bourse de Bruxelles, l’action AB Inbev grimpait de plus de 4% dans la matinée.

Au cours du mandat de Carlos Brito, le groupe a racheté Anheuser-Busch en 2008 puis cinq ans plus tard, le mexicain Grupo Modelo. En 2016, il a dépensé plus de 100 milliards de dollars (83,18 milliards d’euros) pour le rachat de SABMiller, alors deuxième brasseur mondial.

Ce rachat a permis au groupe de se développer davantage sur les marchés d’Amérique latine et de faire son entrée en Afrique mais il a aussi porté la dette nette d’AB InBev à 82,7 milliards de dollars à la fin de 2020, soit environ 4,8 fois l’Ebitda.

Le producteur des marques Budweiser, Stella Artois et Corona a par ailleurs annoncé jeudi des résultats pour le premier trimestre supérieurs aux attentes, en dépit des fermetures des lieux d’accueil comme les restaurants et bars dans une grande partie de l’Europe et de la mise en oeuvre d’une interdiction de vente d’alcool pendant un mois en Afrique du Sud.

Les ventes de bière ont bondi de 64% en Asie-Pacifique, un an après le premier confinement en Chine, un marché important pour AB InBev.

Elles ont aussi grimpé de plus de 10% en Amérique latine, dépassant la croissance du secteur sur deux de ses principaux marchés, le Brésil et le Mexique. En Europe, les ventes de ses propres bières sont restées stables.

L’Ebitda a augmenté de 14,2% à périmètre constant et hors effet de change, pour atteindre 4,27 milliards de dollars (3,55 milliards d’euros), alors que la prévision moyenne d’un consensus fourni par le groupe donnait une hausse de 6,6%.

AB Inbev s’attend à ce que son Ebitda progresse de 8% à 12% en 2021, avec une croissance du chiffre d’affaires supérieure, grâce à l’augmentation des ventes de bière, aux hausses de prix et à une évolution des goûts des consommateurs vers les marques haut de gamme.

(version française Dagmarah Mackos, édité par Blandine Hénault)


Source link

0 0 voter
Article Rating

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Reset Password

Avertissement sur les risques :

Le trading peut vous exposer à des risques de pertes supérieures aux dépôts et ne convient qu’à une clientèle avisée ayant les moyens financiers de supporter un tel risque. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. Entre 74 et 89% des comptes de clients de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD. Vous devez vous assurer que vous comprenez comment les CFD fonctionnent et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Ce site n’est en aucun cas une offre de conseil en investissement ni une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Trader le Forex et/ou les CFD’s implique un niveau de risque élevé, et peut ne pas être approprié car vous pouvez subir des pertes supérieures à votre dépôt. L’effet de levier peut être en votre défaveur.

Vous devez être conscient et avoir une compréhension complète de tous les risques associés au marché et au trading. Le site Union-trader.com peut être amené à produire des commentaires d’ordre général, ce qui ne constitue pas des conseils en investissement et ne doit pas être interprété comme tel.

Veuillez recourir aux conseils d’un conseiller financier extérieur. Le site Union-trader.com décline toute responsabilité pour les erreurs, inexactitudes ou omissions et ne garantit pas l’exactitude ou le caractère complet des informations, textes, graphiques, liens ou autres éléments contenus dans cette documentation. Toute information et toute mise à disposition sur le site ont un caractère privé.