image

La tâche Herculéenne de la réduction des émissions de Carbone Par Investing.com

© Investing.com

Par Geoffrey Smith 

Investing.com – Le combat contre le dioxyde de carbone se mondialise.

La semaine dernière, l’Union européenne et la Chine ont pris des mesures importantes pour imposer des coûts plus élevés sur les émissions de gaz à effet de serre, le principal facteur du changement climatique provoqué par l’homme.

Ces initiatives ont été prises la semaine même où des inondations dévastatrices à forte intensité énergétique ont frappé l’Europe et la Chine, rappelant les destructions que les nouvelles mesures visent à éviter.

À long terme, les analystes estiment que les mesures peuvent encore tenir leurs promesses, en créant un meilleur ensemble d’incitations à la production et à la consommation d’énergie (et en élargissant une classe d’actifs négociables qui a dégagé des rendements intéressants ces deux dernières années).

Mais à court terme, leur impact risque d’être minime, affaibli – si l’on se fie au passé – par le lobbying et la dilution ultérieure de ces réglementations. Ceux qui espèrent faire de l’argent rapidement sur les permis de carbone à terme devront avoir une connaissance approfondie des petits caractères de la réglementation locale au fur et à mesure de son évolution.

La stratégie de réduction des émissions de l’UE “Fit for 55”, publiée la semaine dernière, a une portée beaucoup plus large, mais c’est celle de la Chine qui est la plus importante, étant donné le statut du pays en tant que premier pollueur mondial actuel.

“Sans une réduction suffisante de la part de la Chine, l’objectif de 1,5 degré est essentiellement impossible”, a déclaré l’envoyé américain John Kerry dans un discours mardi, en référence à l’objectif clé de l’Accord de Paris sur le climat, qui consiste à limiter la croissance de la température moyenne dans le monde.

Bien qu’elle ait promis de réduire ses émissions à partir de 2030 et d’atteindre la neutralité carbone d’ici à 2060, la Chine continue de construire des centrales électriques au charbon, incarnation vivante et éructante du phénomène de “fuite de carbone”, par lequel les activités industrielles polluantes se déplacent tout simplement vers des pays où la réglementation est moins stricte.

Il est donc bon de voir que le système d’échange chinois commence par le secteur de l’électricité – plus de 2 000 compagnies d’électricité qui sont responsables de quelque 14 % des émissions liées à l’énergie dans le monde. Toutefois, les prix payés pour les crédits d’émission lors de la première journée de vendredi à Shanghai – moins de 8 dollars la tonne – sont loin d’atteindre le niveau de 50 dollars qui, selon le Fonds monétaire international, serait compatible avec Paris.

La vérité est que le seul plan utile à long terme est celui qui fait mal, et le bilan du président Xi Jinping dans ce contexte n’est pas encourageant : à plusieurs reprises, il a édulcoré ou reculé des réformes structurelles ambitieuses une fois que leur coût économique à court terme est devenu évident. Les principaux pollueurs, tels que l’industrie pétrochimique, ont trois ans pour faire pression sur le gouvernement avant de payer un centime pour leurs émissions, et il n’y a aucune référence directe dans les plans ETS à une réduction réelle des émissions au fil du temps. Le risque de retour en arrière n’est que trop évident.

Toutefois, dans ce cas, la Chine n’a peut-être pas d’autre choix. Le projet de l’UE de mécanisme d’ajustement à la frontière pour le carbone permettra de punir plus facilement les producteurs qui paient un prix inférieur pour leurs émissions. Les démocrates du Sénat américain – à l’affût de moyens pour habiller les tarifs d’importation de Donald Trump de vêtements plus écologiques – travailleraient également sur un mécanisme similaire. Il n’y a pas d’avenir pour une grande partie de l’industrie chinoise sans accès à ces deux marchés, de sorte qu’une certaine forme de progrès démontrable devra être réalisée.

Il existe des risques évidents que les systèmes européens et américains soient utilisés à des fins protectionnistes, mais les règles de l’Organisation mondiale du commerce peuvent au moins les atténuer, en veillant à ce que l’Occident ne soit pas plus indulgent envers d’autres pollueurs qu’il considère comme une menace géopolitique moindre, comme l’Inde ou le Brésil.

En fin de compte, cependant, le contrôle des politiques de lutte contre le changement climatique à l’échelle internationale pourrait être moins difficile que de les faire accepter au niveau national.

Selon Claus Vistesen et Melanie Debono, de Pantheon Macroeconomics, le système d’échange de quotas d’émission de l’UE équivaut à “une augmentation importante et durable de la taxe sur la consommation d’énergie au cours des 20 à 30 prochaines années”, qui risque de frapper davantage les pauvres que les riches, en l’absence d’autres mesures. L’argument serait tout aussi valable pour des mesures analogues aux États-Unis ou en Chine.

En France, les écotaxes d’Emmanuel Macron ont créé le mouvement des “gilets jaunes”. Aux États-Unis, la transition énergétique se prête trop facilement à la manipulation par les extrémistes de gauche et de droite, comme l’ont montré les tempêtes hivernales au Texas. La politique de taxation de l’énergie en Chine ne se déroulera guère plus à l’amiable, malgré tous les efforts du parti communiste pour contenir les protestations.

En effet, les difficultés de mise en œuvre de telles politiques pourraient vous faire penser que la seule chose capable de maintenir les trois pays dans leurs obligations envers Paris sera des événements climatiques toujours plus fréquents et toujours plus extrêmes.

Sur ce point, au moins, le risque de déception est faible.


Source link

0 0 votes
Article Rating

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Reset Password

Avertissement sur les risques :

Le trading peut vous exposer à des risques de pertes supérieures aux dépôts et ne convient qu’à une clientèle avisée ayant les moyens financiers de supporter un tel risque. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. Entre 74 et 89% des comptes de clients de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD. Vous devez vous assurer que vous comprenez comment les CFD fonctionnent et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Ce site n’est en aucun cas une offre de conseil en investissement ni une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Trader le Forex et/ou les CFD’s implique un niveau de risque élevé, et peut ne pas être approprié car vous pouvez subir des pertes supérieures à votre dépôt. L’effet de levier peut être en votre défaveur.

Vous devez être conscient et avoir une compréhension complète de tous les risques associés au marché et au trading. Le site Union-trader.com peut être amené à produire des commentaires d’ordre général, ce qui ne constitue pas des conseils en investissement et ne doit pas être interprété comme tel.

Veuillez recourir aux conseils d’un conseiller financier extérieur. Le site Union-trader.com décline toute responsabilité pour les erreurs, inexactitudes ou omissions et ne garantit pas l’exactitude ou le caractère complet des informations, textes, graphiques, liens ou autres éléments contenus dans cette documentation. Toute information et toute mise à disposition sur le site ont un caractère privé.