image

Le gouvernement reproche à Orange sa lenteur Par Reuters

© Reuters. Orange a tardé à comprendre les causes de la panne qui a affecté les numéros d’urgence le 2 juin dernier et à informer les autorités de son ampleur, conclut un rapport gouvernemental publié jeudi. /Photo prise le 3 juin 2021/REUTERS/Gonzalo Fuentes

par Mathieu Rosemain

PARIS (Reuters) – Orange a tardé à comprendre les causes de la panne qui a affecté les numéros d’urgence le 2 juin dernier et à informer les autorités de son ampleur, conclut un rapport gouvernemental publié jeudi.

La panne géante due à un dysfonctionnement avait empêché des milliers d’appels aux numéros d’urgence (15, 17, 18 et 112) d’aboutir pendant plusieurs heures, semant la panique et braquant les projecteurs sur la gestion de l’opérateur et sur son PDG, Stéphane Richard.

“Il apparaît clairement à la lecture du rapport qu’il y a eu des insuffisances de la part de l’entreprise”, a déclaré le secrétaire d’Etat au numérique, Cédric O, pendant une présentation du rapport à la presse.

Selon le gouvernement, Orange aurait pu se montrer plus efficace dans deux domaines: “D’une part dans les processus et conditions qui ont entouré la mise à jour ayant entraîné la défaillance des infrastructures, et à partir de ces défaillances la panne de numéros d’urgence ; d’autre part dans la gestion de la crise elle-même”, a souligné Cédric O.

Les enquêteurs de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI) ont constaté qu’Orange ne dispose pas d’un système de gestion spécifique des numéros d’urgence, dont l’opérateur a la responsabilité légale, malgré le caractère sensible de ces appels.

Ils relèvent aussi dans le rapport un défaut de réaction de la part d’Orange, qui a tardé “dans la compréhension pleine et entière des effets du dysfonctionnement sur les services d’urgence, ce qui a affecté la remontée d’informations en interne ainsi que vis-à-vis des autorités publiques”.

Concernant l’origine de la panne, le rapport confirme les conclusions d’une enquête interne d’Orange, qui avait conclu le mois dernier à un “bug dans les logiciels des ‘calls servers'”.

Le rapport précise qu’une opération visant à permettre une augmentation des capacités d’appels a déclenché un bug logiciel préexistant sur des équipements de la société Italtel. Ce bug “a ensuite bloqué les équipements et les a rendus incontrôlables”, soulignent les enquêteurs.

Le gouvernement va demander dans les prochains jours à l’Arcep, l’autorité de régulation des télécoms, de se pencher sur les défaillances d’Orange, a déclaré Cédric O.

Le cadre légal de la gestion des numéros d’urgence va être renforcé, a ajouté le ministre. Le rapport recommande dans le même temps à Orange de “se préparer à faire face de façon efficace et rapide à ce type de crises” et de “prévenir de nouvelles pannes analogues”.

L’opérateur a pris acte des conclusions du rapport et s’est engagé à mettre en oeuvre ses recommandations.

“Orange s’est engagée à revoir ses process et son organisation, en lien avec les services de l’Etat, sur la gestion des numéros d’urgence conformément aux recommandations de l’inspection générale du groupe et de l’ANSSI”, a dit la société.

(Reportage de Mathieu Rosemain, version française Tangi Salaün, édité par Sophie Louet)

Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.


Source link

0 0 votes
Article Rating

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Reset Password

Avertissement sur les risques :

Le trading peut vous exposer à des risques de pertes supérieures aux dépôts et ne convient qu’à une clientèle avisée ayant les moyens financiers de supporter un tel risque. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. Entre 74 et 89% des comptes de clients de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD. Vous devez vous assurer que vous comprenez comment les CFD fonctionnent et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Ce site n’est en aucun cas une offre de conseil en investissement ni une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Trader le Forex et/ou les CFD’s implique un niveau de risque élevé, et peut ne pas être approprié car vous pouvez subir des pertes supérieures à votre dépôt. L’effet de levier peut être en votre défaveur.

Vous devez être conscient et avoir une compréhension complète de tous les risques associés au marché et au trading. Le site Union-trader.com peut être amené à produire des commentaires d’ordre général, ce qui ne constitue pas des conseils en investissement et ne doit pas être interprété comme tel.

Veuillez recourir aux conseils d’un conseiller financier extérieur. Le site Union-trader.com décline toute responsabilité pour les erreurs, inexactitudes ou omissions et ne garantit pas l’exactitude ou le caractère complet des informations, textes, graphiques, liens ou autres éléments contenus dans cette documentation. Toute information et toute mise à disposition sur le site ont un caractère privé.