image

A quoi faut-il s’attendre? Par Investing.com

© Reuters

Par Laura Sanchez

Investing.com – Les marchés sont confrontés à une semaine pleine d’interventions des banques centrales. Tous les regards sont tournés vers la Réserve fédérale américaine (Fed), qui annoncera sa décision sur les taux mercredi, suivie un jour plus tard par la Banque centrale européenne (BCE) et la Banque d’Angleterre (BoE).

“Le scénario le plus probable, une fois que son président, Jerome Powell, aura écarté le caractère transitoire de l’inflation – on a su vendredi que cette variable était à son plus haut niveau en novembre aux États-Unis depuis 1982 – est que la Fed accélérera son processus de retrait des stimuli monétaires, d’abord en réduisant ses achats mensuels d’actifs sur les marchés secondaires plus rapidement que prévu initialement – nous pensons qu’elle annoncera la fin de ce processus en mars et non en juin comme prévu -, et qu’au cours du second semestre 2022, elle commencera à relever ses taux d’intérêt de référence. Le marché s’attend à ce qu’il le fasse entre 2 et 3 fois”, a expliqué Link Securities.

“Il faudra attendre mercredi pour connaître les attentes des membres du FOMC à cet égard, ce qui se reflétera dans le fameux dot plot qui sera publié après la réunion du Comité. Nous comprenons que la réaction positive des marchés boursiers américains de vendredi et le calme dont ont fait preuve les obligations à l’égard des données sur l’inflation indiquent que les investisseurs escomptent déjà le scénario que nous venons de décrire et s’en accommodent. Nous ne nous attendons donc pas à des mouvements extrêmes sur les marchés financiers si nos prévisions se réalisent”, ajoutent les analystes.

Mark Holman, CEO de Twentyfour AM, explique que “la Fed devrait déjà avoir terminé son tapering, mais elle vient seulement de commencer et le fait à un rythme très lent, ce qui indique qu’il faudra sept réunions supplémentaires pour achever le retrait des mesures de relance”.

“Compte tenu de notre crainte que la Fed agisse tardivement, nous pensons que le rythme du tapering augmentera lors de la réunion du 15 décembre et s’achèvera lors de la réunion de mars, ce qui donnera à la Fed la flexibilité dont elle a besoin pour relever les taux plus tôt si elle devait faire face à un taux de chômage en baisse rapide”, ajoute-t-il.

Les banques centrales devant un choix difficile en Europe

Quant à la BCE et à la BoE, “les deux instances dirigeantes sont confrontées à un choix difficile : resserrer leurs politiques monétaires pour tenter de contrôler l’inflation, avec l’impact négatif que cela aurait sur les économies qui ralentissent, ou, au contraire, laisser courir l’inflation et maintenir leurs politiques accommodantes actuelles, une décision qui comporte également un risque élevé, car l’inflation pénalise aussi la croissance économique à long terme”, souligne Link Securities.

“En principe, l’institution, par l’intermédiaire de sa présidente, la Française Lagarde, avait prévu que les grandes lignes de la nouvelle politique monétaire de l’organisation seraient déterminées lors de cette réunion. Les ravages causés dans la zone euro par la dernière vague de la pandémie et les restrictions imposées par de nombreuses autorités de la région ont, selon nos informations, bouleversé les plans de la BCE”, ajoutent ces experts.

Pour Mark Holman, les prévisions les plus compliquées concernent ce que la BCE fera des deux programmes d’assouplissement quantitatif qu’elle a mis en place, à savoir le programme d’achat d’urgence en cas de pandémie (PEPP), qui achète actuellement 70 milliards d’euros de dette souveraine par mois, et l’ancien programme d’achat d’actifs (APP), qui achète 20 milliards d’euros par mois.

“Nous pensons que la BCE va augmenter temporairement le PPA et ensuite essayer de faire en sorte que le marché dénoue cette augmentation en 2023. Notre principale attente est que l’APP soit porté à 50 milliards d’euros par mois afin d’éviter un resserrement non souhaité des conditions financières”, souligne le PDG de Twentyfour AM.

De son côté, Banca March rappelle que “Isabel Schnabel a mis en garde contre les effets négatifs du programme d’achat. L’exécutif de la BCE a estimé que les achats d’obligations constituaient un outil important en période de turbulences, même si elle en a mesuré les effets négatifs sur la valorisation des actifs et les distorsions dans la prise de risque. Les propos de M. Schnabel, qui est pressenti pour prendre le trône de la Bundesbank, laissent présager une intensité moindre du programme d’achat l’année prochaine”.

Quant à la Banque d’Angleterre, “le comité de politique monétaire a déjà surpris lors de sa précédente réunion en ne relevant pas son taux d’intérêt de référence, contrairement aux attentes du marché. Nous ne nous attendons pas à ce qu’il le fasse cette fois-ci non plus, car ses membres attendront de voir l’impact de la dernière vague de la pandémie sur l’économie britannique avant de le faire – le marché s’attend à ce que ce soit lors de la réunion de février. La BoE mettra fin, conformément aux attentes, à son programme d’achat d’actifs, même si, comme nous l’avons souligné la semaine dernière, elle continuera à réinvestir le montant des obligations arrivant à échéance, au moins jusqu’à ce que les taux d’intérêt de référence atteignent 0,5 % (ils sont actuellement à 0,1 %)”, commente Link Securities.

“Si ce qui précède se vérifie, nous ne nous attendons pas à ce que la réunion ait un impact majeur sur les marchés financiers britanniques. Toutefois, si la BoE choisit de commencer à relever les taux d’intérêt, ce que nous et la plupart des investisseurs ne prévoyons pas, les marchés boursiers européens réagiront négativement.


Source link

0 0 votes
Article Rating

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Reset Password

Avertissement sur les risques :

Le trading peut vous exposer à des risques de pertes supérieures aux dépôts et ne convient qu’à une clientèle avisée ayant les moyens financiers de supporter un tel risque. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. Entre 74 et 89% des comptes de clients de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD. Vous devez vous assurer que vous comprenez comment les CFD fonctionnent et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Ce site n’est en aucun cas une offre de conseil en investissement ni une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Trader le Forex et/ou les CFD’s implique un niveau de risque élevé, et peut ne pas être approprié car vous pouvez subir des pertes supérieures à votre dépôt. L’effet de levier peut être en votre défaveur.

Vous devez être conscient et avoir une compréhension complète de tous les risques associés au marché et au trading. Le site Union-trader.com peut être amené à produire des commentaires d’ordre général, ce qui ne constitue pas des conseils en investissement et ne doit pas être interprété comme tel.

Veuillez recourir aux conseils d’un conseiller financier extérieur. Le site Union-trader.com décline toute responsabilité pour les erreurs, inexactitudes ou omissions et ne garantit pas l’exactitude ou le caractère complet des informations, textes, graphiques, liens ou autres éléments contenus dans cette documentation. Toute information et toute mise à disposition sur le site ont un caractère privé.