image

L’Europe finit dans le rouge, l’aversion au risque se confirme Par Reuters

© Reuters. Les Bourses européennes ont enchaîné lundi une deuxième séance consécutive dans le rouge, tandis que Wall Street se repliait également à mi-parcours. À Paris, le CAC 40 a fini en recul de 0,82% à 6.870,1 points. Le Footsie britannique a perdu 0,

par Claude Chendjou

PARIS (Reuters) – Les Bourses européennes ont enchaîné lundi une deuxième séance consécutive dans le rouge, tandis que Wall Street se repliait également à mi-parcours, les marchés d’actions étant pénalisés par l’aversion au risque dans un contexte d’inquiétudes sur la propagation de variant Omicron du coronavirus.

À Paris, le a fini en recul de 0,82% à 6.870,1 points. Le Footsie britannique a perdu 0,99% et le 1,88%.

L’indice a baissé de 1,3%, le de 1,41% et le de 1,38%.

L’instauration depuis dimanche d’un nouveau confinement aux Pays-Bas pour freiner l’épidémie de COVID-19 a accentué les inquiétudes des investisseurs alors que la menace de nouvelles mesures de restrictions en Europe plane sur la période cruciale des fêtes de fin d’année en prévision de la diffusion du variant Omicron.

“La vitesse à laquelle le virus se propage fait craindre que les gouvernements n’imposent des restrictions plus strictes qui pourraient restreindre les mouvements et entraver l’activité économique”, note David Madden, analyste marchés chez CMC Markets.

VALEURS EN EUROPE

En Europe, le plongeon des cours pétroliers, lié à des craintes sur la demande mondiale, a pesé sur la tendance. Le compartiment du pétrole et du gaz a accusé une baisse de 1,73%, tandis que les groupes comme TechnipFMC (PA:), Eni et BP (LON:) ont céder de 2,2% à 3,8%.

Les valeurs liées au secteur du transport et des loisirs, particulièrement exposées par la menace de nouvelles restrictions sanitaires, ont également été délaissées. Leur indice sectoriel sur le Stoxx 600 a reflué de 1,74%. Le voyagiste TUI et la compagnie aérienne Lufthansa (DE:) ont abandonné respectivement 0,6% et 1,96%.

A contre-courant de la tendance, BNP Paribas (PA:) a avancé de 0,4% à la faveur de la cession de ses activités de banque commerciale aux Etats-Unis pour 16,3 milliards de dollars (environ 14,5 milliards d’euros).

Dans la santé, Ipsen (PA:) a plongé de 7,3%, son rival indien Cipla ayant obtenu le feu vert de la Food and Drug administration, l’autorité sanitaire aux Etats-Unis, pour un traitement concurrent du Somatuline, le produit phare du groupe français.

Toujours dans la santé, le groupe danois Novo Nordisk (CSE:) a chuté de 11,7% en raison de problèmes de production de son nouveau médicament contre l’obésité.

A WALL STREET

Au moment de la clôture en Europe, le reculait de 1,81%, le Standard & Poor’s 500 de 1,77% et le de 1,87%.

Les indices pâtissent à la fois des inquiétudes liées au variant Omicron et du risque d’un échec au Sénat américain du plan de 1.750 milliards de dollars de Joe Biden après la décision du démocrate Joe Manchin de ne pas apporter son soutien à ce projet.

Goldman Sachs (NYSE:) a abaissé lundi ses prévisions trimestrielles de croissance économique aux Etats-Unis pour 2022, estimant que ce projet de réformes sociales étaient désormais en danger.

Sur le plan sectoriel, tous les compartiments du S&P-500 évoluent dans le rouge, les replis les plus marqués étant pour l’énergie et la finance, qui abandonnent chacun près de 3%.

Le secteur du tourisme souffre aussi avec notamment le croisiériste Carnival (LON:) qui perd près de 3% après la publication d’un chiffre d’affaires inférieur aux attentes.

Novavax (-3,3%) ne profite pas du feu vert de l’Agence européenne des médicaments et de la Commission européenne à son vaccin contre le COVID-19.

Côté fusions-acquisitions, le rachat par Oracle (NYSE:) de Cerner (+%), entreprise spécialisée dans les données médicales, pour 28,3 milliards de dollars (25 milliards d’euros) n’est pas du goût des investisseurs. L’action du géant américain des logiciels professionnels recule de 3,6% après avoir déjà perdu plus de 6% lors de la diffusion des premières informations de presse sur ce projet de rachat.

CHANGES

Sur le marché des changes, l’indice dollar, victime d’une liquidation des positions à l’approche de la fin de l’année, reflue de 0,2% face à un panier de grandes devises internationales mais reste proche de son pic de l’année à 96,9 points, inscrit le 24 novembre.

L’euro, en hausse de 0,47%, se traite à 1,1291 dollar.

La livre sterling recule de 0,26% face au dollar à 1,3209, le gouvernement britannique ayant refusé lundi d’exclure la possibilité de restreindre les rassemblements à quelques jours de Noël et du Nouvel an.

TAUX

Le rendement des bons du Trésor à dix ans cède 1,7 point à 1,3851% en réaction au risque d’un échec du plan de Joe Biden.

Le taux du Bund allemand à dix ans, tombé en séance à un creux de près de deux semaines, a fini pour sa part pratiquement stable, à -0,364%.

Son équivalent français a également terminé quasiment inchangé, à -0,009%.

PÉTROLE

Le marché du pétrole souffre des craintes d’une baisse de la demande mondiale dans un contexte de nouvelles restrictions liées à la propagation du virus.

Le baril de plonge de 5,14% à 69,74 dollars et le de 6,18% à 66,48 dollars.

(Reportage Claude Chendjou, édité par Jean-Michel Bélot)


Source link

0 0 votes
Article Rating

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Reset Password

Avertissement sur les risques :

Le trading peut vous exposer à des risques de pertes supérieures aux dépôts et ne convient qu’à une clientèle avisée ayant les moyens financiers de supporter un tel risque. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. Entre 74 et 89% des comptes de clients de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD. Vous devez vous assurer que vous comprenez comment les CFD fonctionnent et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Ce site n’est en aucun cas une offre de conseil en investissement ni une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Trader le Forex et/ou les CFD’s implique un niveau de risque élevé, et peut ne pas être approprié car vous pouvez subir des pertes supérieures à votre dépôt. L’effet de levier peut être en votre défaveur.

Vous devez être conscient et avoir une compréhension complète de tous les risques associés au marché et au trading. Le site Union-trader.com peut être amené à produire des commentaires d’ordre général, ce qui ne constitue pas des conseils en investissement et ne doit pas être interprété comme tel.

Veuillez recourir aux conseils d’un conseiller financier extérieur. Le site Union-trader.com décline toute responsabilité pour les erreurs, inexactitudes ou omissions et ne garantit pas l’exactitude ou le caractère complet des informations, textes, graphiques, liens ou autres éléments contenus dans cette documentation. Toute information et toute mise à disposition sur le site ont un caractère privé.