image

Près de 49 millions de Français appelés aux urnes pour la présidentielle Par Reuters

© Reuters. Près de 49 millions (48,7 millions) de Français sont appelés aux urnes ce dimanche pour départager douze candidats à l’élection présidentielle parmi lesquels le chef de l’Etat sortant, Emmanuel Macron, qui brigue un second mandat de cinq ans. /Phot

PARIS (Reuters) – Près de 49 millions (48,7 millions) de Français sont appelés aux urnes ce dimanche pour départager douze candidats à l’élection présidentielle parmi lesquels le chef de l’Etat sortant, Emmanuel Macron, qui brigue un second mandat de cinq ans.

Les bureaux de vote, où le port du masque est recommandé, mais pas obligatoire, en raison de l’épidémie de COVID-19, ont ouvert à 08h00 en métropole.

Ils seront ouverts jusqu’à 19h00 dans la plupart des quelque 35.000 communes du pays.

Dans les grandes villes, il sera possible de voter jusqu’à 20h00, heure de publication des premières projections issues des sondages réalisés à la sortie des urnes.

Un second tour départagera les deux finalistes dimanche 24 avril au terme d’une campagne de deuxième tour qui s’annonce animée au gré des appels, désistements et ralliements des candidats éliminés, le tout ponctué par un probable débat télévisé.

Dans le centre de la France, à Pontaumur, commune de quelque 750 habitants dans le Puy-de-Dôme, Simone Astier, 88 ans, dit qu’elle a voté pour Emmanuel Macron mais sans réelle conviction.

Interrogée sur le premier quinquennat du chef de l’Etat, elle a répondu qu’elle n’était pas vraiment satisfaite.

“Je ne suis jamais contente parce qu’il y a toujours quelque chose qui ne va pas. Quand j’étais jeune, c’était de Gaulle et pour moi personne l’a jamais remplacé”, a déclaré Simone Astier.

Retardée par la pandémie et la guerre en Ukraine, la campagne électorale s’est emballée ces derniers jours, qui ont vu les candidats multiplier les meetings, interviews et autres opérations sur les réseaux sociaux pour tenter de convaincre les indécis et faire mentir les enquêtes d’opinion qui prédisent un niveau d’abstention important, voire record.

En 2017, elle s’était élevée à 22,23% le 23 avril, jour du premier tour, et à 25,44% au second tour le 7 mai.

Les taux de participation seront communiqués ce dimanche à 12h00 et à 17h00 par le ministère de l’Intérieur.

Outre Emmanuel Macron, la candidate du Rassemblement national, Marine Le Pen, se présente – pour la troisième fois – à la magistrature suprême, de même que deux autres impétrants du même bord nationaliste : le fondateur de Reconquête!, Eric Zemmour, et le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan.

Les Républicains sont représentés par la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse, qui avait remporté fin 2021 la primaire de sa famille politique.

Six candidats se disputent l’électorat de gauche, à commencer par le chef de file de l’Union populaire Jean-Luc Mélenchon, déjà candidat en 2012 et 2017. L’écologiste Yannick Jadot, vainqueur d’une primaire, est en lice pour la première fois, de même que la maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo.

Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière), Jean Lassalle (Résistons!), Philippe Poutou (Nouveau parti anticapitaliste) et Fabien Roussel (Parti communiste français) ont eux aussi franchi le seuil des 500 parrainages d’élus nécessaire pour briguer l’Elysée.

Au premier tour de la présidentielle de 2017, Emmanuel Macron était arrivé en tête avec 24,01% des voix, devant Marine Le Pen (21,30%). Le candidat de La République en Marche l’avait emporté au second tour avec 66,10% des voix.

L’ancien Premier ministre conservateur François Fillon avait échoué à la troisième place (20,01%), talonné par Jean-Luc Mélenchon (19,58%).

(Reportage Elizabeth Pineau, avec Juliette Jabkhiro à Pontaumur, édité par Matthieu Protard)


Source link

0 0 votes
Article Rating

 
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Reset Password

Avertissement sur les risques :

Le trading peut vous exposer à des risques de pertes supérieures aux dépôts et ne convient qu’à une clientèle avisée ayant les moyens financiers de supporter un tel risque. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. Entre 74 et 89% des comptes de clients de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD. Vous devez vous assurer que vous comprenez comment les CFD fonctionnent et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Ce site n’est en aucun cas une offre de conseil en investissement ni une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Trader le Forex et/ou les CFD’s implique un niveau de risque élevé, et peut ne pas être approprié car vous pouvez subir des pertes supérieures à votre dépôt. L’effet de levier peut être en votre défaveur.

Vous devez être conscient et avoir une compréhension complète de tous les risques associés au marché et au trading. Le site Union-trader.com peut être amené à produire des commentaires d’ordre général, ce qui ne constitue pas des conseils en investissement et ne doit pas être interprété comme tel.

Veuillez recourir aux conseils d’un conseiller financier extérieur. Le site Union-trader.com décline toute responsabilité pour les erreurs, inexactitudes ou omissions et ne garantit pas l’exactitude ou le caractère complet des informations, textes, graphiques, liens ou autres éléments contenus dans cette documentation. Toute information et toute mise à disposition sur le site ont un caractère privé.