image

Elon Musk “pas sûr” de pouvoir racheter Twitter; Les analystes sont très critiques Par Investing.com

© Reuters

Investing.com – L’actualité des marchés qui a fait couler le plus d’encre depuis hier est sans conteste la proposition de rachat de Twitter (NYSE:) par Elon Musk, au prix de 54.2$ par action (pour une valorisation d’environ $43 milliards), mais après que cette nouvelle a fait bondir l’action de Twitter de plus de 10%, les investisseurs ont semble-t-il commencé à douter, puisque le titre a terminé la journée sur une baisse de 1.68%.

En effet, comme de nombreux observateurs l’avaient suggéré dès que la proposition de Musk a été rendue publique, la fortune du milliardaire excentrique est essentiellement non liquide, ce qui lui compliquera sans aucun doute la tâche.

Musk « pas sûr » de pouvoir racheter Twitter

D’ailleurs, pas plus de quelques heures après l’annonce initiale, Elon Musk, qui est aussi le PDG de Tesla (NASDAQ:), a reconnu jeudi, lors de la conférence TED2022 à Vancouver, qu’il n’était “pas sûr” de pouvoir acheter Twitter.

De son côté, Twitter a confirmé avoir reçu l’offre, mais son conseil d’administration doit encore l’examiner, sachant que Musk a déjà prévenu que l’offre serait sa “meilleure et dernière” offre.

Plus tard dans la journée de jeudi, le PDG de Twitter, Parag Agrawal, aurait déclaré aux employés, lors d’une réunion du personnel, que l’entreprise évaluait l’offre, selon des informations de CNBC.

À la question de Chris Anderson, de TED, qui lui demandait s’il existait un “plan B” si son offre actuelle était rejetée, Musk a répondu “oui”, tout en refusant de fournir des précisions. “Je dispose de suffisamment d’actifs”, a déclaré Musk. “Je peux le faire si c’est possible”.

Elon Musk détaille sa vision pour Twitter

Musk a également exposé sa vision de Twitter s’il parvenait à en prendre le contrôle lors de la conférence TED d’hier.

“Je pense qu’il est très important qu’il y ait une arène inclusive pour la liberté d’expression”, a-t-il déclaré, comparant Twitter à une “place publique de facto”.

Il a reconnu la nécessité d’un certain niveau de modération du contenu, notamment en ce qui concerne les appels explicites à la violence, et a déclaré que le service devrait se conformer aux lois des pays dans lesquels il opère.

Par exemple, il a imaginé que si un tweet a été modifié d’une manière ou d’une autre, il devrait être accompagné d’informations expliquant pourquoi.

Il a ajouté qu’une autre priorité absolue serait de débarrasser la plate-forme des “spams et des robots d’escroquerie”, notamment en ce qui concerne les cryptomonnaies.

Vers un vote des actionnaires ?

Lors d’une autre intervention hier soir, cette fois sous la forme d’un tweet, Elon Musk a par ailleurs appelé à un vote des actionnaires, estimant qu’il serait « indéfendable » d’en faire autrement, sachant que c’est aux qui « possèdent l’entreprise, pas le conseil d’administration ».

Toujours sur Twitter, on relèvera également que le prince d’Arabie saoudite et ancien actionnaire principal de Twitter (avec 5.2% du capital), Alwaheed bin Talad, a exprimé son opposition à l’offre de Musk dans un tweet, auquel Musk a répondu en demandant combien de Twitter les Saoudiens possèdent exactement et en remettant en question les vues du Royaume sur la liberté d’expression :

Les analystes se montrent très critiques vis-à-vis de l’offre de Musk

En ce qui concerne les réactions des analystes face à la proposition de rachat de Twitter formulée par Musk, le moins que l’on puisse dire est que les réactions sont mitigées.

Les analystes de Wells Fargo (NYSE:), par exemple, ont souligné jeudi que Musk pourrait devoir vendre des actions Tesla pour financer le rachat. En effet, malgré sa grande richesse, la plupart des actifs de Musk ne sont pas liquides, ce qui amène certains analystes à se demander comment il fournirait les fonds si son offre était acceptée.

A propos du prix proposé par Elon Musk, Thill, analyste chez Jefferies a jugé que “personne ne croit que c’est le prix final. Aucun conseil d’administration en Amérique ne va accepter ce chiffre”, a déclaré.

Quelles que soient les motivations de M. Musk, M. Thill a déclaré que son offre n’était tout simplement pas acceptable pour le conseil d’administration de Twitter, en partie parce que le milliardaire n’a pas expliqué comment il envisageait de “transformer” l’entreprise. Thill a également fait allusion à l’utilisation par Musk du chiffre “420”, une référence populaire au cannabis, comme “limite non professionnelle”.

“Ça ne va pas être quelque chose avec un 420, OK, donc enlevez ça. Ramenez l’offre à 60 dollars, puis mettez en place une structure constructive autour de la façon dont ils vont le gérer”, a déclaré Thill. “Alors peut-être, peut-être, mais c’est ce qu’il faudra”.

Enfin, Mark Kelley, analyste chez Stifel, a déclaré à propos de l’offre : “Nous pensons que cela fixe un plafond à court terme pour les actions, détache l’entreprise des fondamentaux et offre un risque de baisse significatif si M. Musk décide d’abandonner son offre ou de vendre sa participation”.

L’analyste a en conséquence abaissé sa recommandation sur l’action Twitter, de « conserver » à « vendre » qualifiant la démarche de M. Musk de “véritable cirque d’Elon”.

Soulignons pour finir que l’objectif moyen à 12 mois des 40 analystes qui suivent l’action Twitter se situe à 42.21$, soit 6.38% sous le cours de clôture d’hier soir. En revanche, la Juste Valeur InvestingPro de l’action Twitter, qui se base sur une synthèse de modèles financiers, atteint 48.3 euros, soit plus de 7% au-dessus du cours actuel.


Source link

0 0 votes
Article Rating

 
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Reset Password

Avertissement sur les risques :

Le trading peut vous exposer à des risques de pertes supérieures aux dépôts et ne convient qu’à une clientèle avisée ayant les moyens financiers de supporter un tel risque. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. Entre 74 et 89% des comptes de clients de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD. Vous devez vous assurer que vous comprenez comment les CFD fonctionnent et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Ce site n’est en aucun cas une offre de conseil en investissement ni une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Trader le Forex et/ou les CFD’s implique un niveau de risque élevé, et peut ne pas être approprié car vous pouvez subir des pertes supérieures à votre dépôt. L’effet de levier peut être en votre défaveur.

Vous devez être conscient et avoir une compréhension complète de tous les risques associés au marché et au trading. Le site Union-trader.com peut être amené à produire des commentaires d’ordre général, ce qui ne constitue pas des conseils en investissement et ne doit pas être interprété comme tel.

Veuillez recourir aux conseils d’un conseiller financier extérieur. Le site Union-trader.com décline toute responsabilité pour les erreurs, inexactitudes ou omissions et ne garantit pas l’exactitude ou le caractère complet des informations, textes, graphiques, liens ou autres éléments contenus dans cette documentation. Toute information et toute mise à disposition sur le site ont un caractère privé.