image

5 leçons à tirer du 1er semestre sur les marchés financiers Par Investing.com

© Reuters.

Investing.com – Les marchés des actions et des obligations ont connu l’un des pires semestres depuis des décennies. Le a plongé de 19,97 % au premier semestre (en dollars), tandis que l’ a perdu 17,39 % (en euros).

L’indice composite NASDAQ a subi des baisses encore plus importantes avec des chutes de 29,22 % à la fin du premier semestre.

Pour les obligations d’État à 10 ans, les investisseurs américains, allemands et français ont perdu chacun plus de 10 % au cours de cette période.

Le , qui se négociait au-dessus de 60 000 dollars en novembre 2021, est tombé à 18 731 dollars à la fin du premier semestre 2022. Plus des deux tiers de la valeur de la crypto-monnaie ont disparu en quelques mois.

À eux seuls, les prix du et du gaz, ainsi que les devises considérées comme des valeurs refuges telles que le dollar et le franc suisse, ont pris de la valeur en raison de la guerre en Ukraine.

Le professeur Dr. Jan Viebig, Co-CIo mondial chez ODDO BHF AM, explique 5 leçons pour les marchés mondiaux à partir du premier semestre 2022 :

1. Nous sommes confrontés à un choc d’offre

Comme dans le cas des chocs de demande, on observe dans ces cas une baisse du PIB, mais la différence cruciale entre les deux scénarios est que les prix augmentent. Ils ne chutent pas comme lors d’un choc de demande.

Les consommateurs auront moins d’argent disponible pour des dépenses supplémentaires en raison de la hausse des prix. Outre les dépenses de consommation, les investissements vont également diminuer ou stagner car les taux d’intérêt auront tendance à augmenter.

Le produit intérieur brut (PIB) augmentera beaucoup plus lentement et pourrait même baisser temporairement. Le risque de récession aux États-Unis, par exemple, est d’environ 50 %.

2. L’ère de l’argent bon marché est terminée

Jusqu’en décembre 2021, la BCE a supposé que l’inflation s’établirait à 1,7 % en 2022 dans les 19 économies de la zone euro. Or, les projections de juin 2022 des membres de la BCE indiquent que l’inflation pourrait s’établir en moyenne à 6,8 % en 2022 et à 3,5 % en 2023.

Avec une inflation bien supérieure à 8 % dans la zone euro et aux États-Unis, bien au-dessus de l’objectif d’inflation de 2 % de la BCE et de la Fed, les deux banques centrales seront contraintes de relever sensiblement les taux d’intérêt.

ODDO BHF AM prévoit que le taux effectif des fonds fédéraux passera à 3,4 % en juin 2023. En Europe, le taux de dépôt de la BCE passera très probablement au-dessus de 1,4 % en juin prochain.

3. Le risque de financement des pays très endettés augmente, ce qui oblige les banques centrales à intervenir

Les personnes surendettées souffriront lorsqu’elles devront se refinancer à des taux d’intérêt en hausse. Cela s’applique aussi bien aux entreprises qu’à des États entiers.

Les rendements de l’obligation souveraine à 10 ans de la Grèce (dont le ratio dette/PIB est de 193 %) ont augmenté le mois dernier à court terme pour atteindre 4,7 % en Italie (dont le ratio dette/PIB est de 151 %) et dépasser 4,1 %.

En Europe, la BCE a convoqué une réunion d’urgence à la mi-juin afin de contrer la “fragmentation” de la zone euro, c’est-à-dire d’éviter une hausse significative des rendements dans les États périphériques du sud. La BCE a annoncé qu’elle allait utiliser les rendements du PEPP (programme d’achat d’urgence) pour éviter une hausse soudaine des rendements dans les États membres très endettés.

En outre, dans sa déclaration à l’issue de la réunion d’urgence du 15 juin de cette année, la BCE a indiqué qu’elle travaillait sur un “instrument anti-fragmentation”, qui impliquera vraisemblablement davantage d’achats d’obligations souveraines d’États périphériques très endettés.

Au Japon également, la banque centrale est contrainte d’acheter davantage d’obligations d’État. Les fonds spéculatifs parient de plus en plus sur la possibilité que la banque centrale japonaise doive abandonner ou modifier son contrôle de la courbe des taux. Rien que le mois dernier, la banque centrale japonaise a acheté 119 milliards de dollars d’obligations. Elle détient désormais plus de 50 % des obligations souveraines du Japon.

4. Les chocs externes liés au conflit ukrainien sont de plus en plus probables

En Europe, la menace d’un embargo énergétique plane. En cas d’interdiction totale du gaz, la Bundesbank estime qu’une baisse du produit intérieur brut pouvant atteindre 5 % en Allemagne est possible. Et le diagnostic commun des instituts de recherche économique prévoit une baisse allant jusqu’à 8,9 %.

Cela signifie que l’une des plus graves récessions de l’Allemagne et de l’Europe d’après-guerre est envisageable. Toutefois, on ne sait pas si cela se produira effectivement.

5. Les investisseurs à long terme devraient se demander à quel moment ils devraient à nouveau augmenter le risque dans leurs portefeuilles

Les actions restent l’une des classes d’actifs les plus attractives à long terme et les marchés d’actions ont déjà fortement baissé. Les évaluations en Europe et sur les marchés émergents ne sont plus chères selon les normes d’évaluation habituelles.

Aux États-Unis, cependant, les actions se négocient encore bien au-dessus des niveaux de valorisation moyens du passé. Le ratio prix/bénéfices de Shiller, le ratio prix/comptable et l'”indicateur de Buffett” (capitalisation boursière américaine/PIB américain), pour ne citer que les mesures de valorisation les plus courantes qui se sont avérées fiables dans le passé pendant les périodes de tensions sur les marchés financiers, restent supérieurs à leurs moyennes américaines à long terme.

Comme les chocs d’offre ont tendance à durer plus longtemps que les chocs de demande, nous continuons à attendre pour acheter.


Source link

0 0 votes
Article Rating

 
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Reset Password

Avertissement sur les risques :

Le trading peut vous exposer à des risques de pertes supérieures aux dépôts et ne convient qu’à une clientèle avisée ayant les moyens financiers de supporter un tel risque. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. Entre 74 et 89% des comptes de clients de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD. Vous devez vous assurer que vous comprenez comment les CFD fonctionnent et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Ce site n’est en aucun cas une offre de conseil en investissement ni une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Trader le Forex et/ou les CFD’s implique un niveau de risque élevé, et peut ne pas être approprié car vous pouvez subir des pertes supérieures à votre dépôt. L’effet de levier peut être en votre défaveur.

Vous devez être conscient et avoir une compréhension complète de tous les risques associés au marché et au trading. Le site Union-trader.com peut être amené à produire des commentaires d’ordre général, ce qui ne constitue pas des conseils en investissement et ne doit pas être interprété comme tel.

Veuillez recourir aux conseils d’un conseiller financier extérieur. Le site Union-trader.com décline toute responsabilité pour les erreurs, inexactitudes ou omissions et ne garantit pas l’exactitude ou le caractère complet des informations, textes, graphiques, liens ou autres éléments contenus dans cette documentation. Toute information et toute mise à disposition sur le site ont un caractère privé.